Michel Le Quéré

Michel Le Quéré

JE EST UNE DEMEURE (installation)

 


 

 

RAPPEL :

 

Les articles de mon blog sont illustrés par des morceaux de musique. Ceci a pu être réalisé grâce à DEEZER.com site musical interactif. Vous devez être inscrit sur ce site pour pouvoir accéder à ces illustrations sonores que je ne considère pas comme secondaires. Il suffit pour cela de créer un compte personnel. C'est gratuit. Lorsque vous êtes inscrit sur DEEZER cliquez sur le titre du morceau qui s'affiche dans la vignette placée au début de l'article de mon blog. Vous allez vous retrouver sur le site de DEEZER. Lancez alors la musique puis cliquez à nouveau sur l'article de mon blog figurant sur votre écran. Vous avez les deux en même temps : l'article et la musique choisie pour.

 

Mais vous pouvez très bien lire les infos de cet article sans musique. C'est vous qui décidez.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Qui laisse une trace, laisse une plaie."

  Henri Michaux

 

 

 

 

" Tout mon travail des cinquante dernières années, tous mes sujets, trouvent leur source dans mon enfance. Elle n'a jamais perdu de sa magie, de son mystère, ni de son drame."

 Louise Bourgeois 

 

 

 

 

" Ne pas se laisser écraser par l'immense, savoir s'enfermer dans le plus étroit espace, c'est en cela qu'est le divin."

Friedrich Hölderlin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 JE EST UNE DEMEURE

 

( Petite chapelle profane )

 

Technique mixte dont acier, bois, bronze, outils de jardinage et texte de l'auteur

252 x 145 x 80 cm

Juin 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
petite chapelle profane par michellequere

 

 

 

 

Dans le noir transcendant de mes murs intérieurs suintant les couronnements de l'innocence pelotonnée dans l'enfui cette ironie qu'est une respiration et comme si la douleur ne m'expliquait pas encore assez bien son théorème dans cette poupée gigogne et parturiente l'Enfance comme chapelle en mausolée avec en officier des souffrances le Père mon père porté comme je peux comme je peine auprès de qui je viens chercher un arrosoir ou un courage et sans en avoir l'air lui demander la route afin de le rejoindre ? rien ne presse quoique les temps futurs et infinis à lui rendre par mon oeuvre cent fois fracturée la nourriture qu'il me tendait de son jardin au mien le fil de soie d'un entêtement porté à célébrer est-ce que cet homme savait combien mon je est sa demeure ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



16/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres